Pour avoir des informations sur le tabac et être accompagné, appelez le 39 89 appels non surtaxés

Les techniques pour dire stop au tabac

En prenant la décision d’arrêter la cigarette, un fumeur traverse une période souvent difficile, plusieurs méthodes sont possibles pour réussir ce challenge.

Élaborer un plan d’attaque pour dire stop au tabac

Quand la décision d’arrêter de fumer est prise, mettre en place une stratégie peut aider à réussir :

  • Fixer une date précise pour l’arrêt du tabac et s’y tenir.
  • Se débarrasser de tout ce qui rappelle une vie de fumeur : cigarettes, cendriers…
  • Planifier une ou plusieurs activités pour lutter contre l’envie d’une cigarette : sport, balade, mâcher un chewing-gum…
  • Demander le soutien de vos proches.
  • Installer une application telle que Tabac Info Service qui vous encourage en envoyant des notifications.
  • Éviter au maximum les déclencheurs d’envie de fumer : alcool, café…
  • Prévoir de mettre de côté l’argent économisé pour vous offrir un cadeau.

La volonté est un moteur puissant dans le processus de sevrage tabagique. Les motivations pour réussir le pari d’arrêter la cigarette ne manquent pas : bénéfices pour la santé, amélioration du goût et de l’odorat, éviter le tabagisme passif à votre entourage…

Avoir recours aux substituts de nicotine

La fumée de cigarette est dangereuse pour la santé, car elle contient des substances cancérigènes. Le phénomène de dépendance à la cigarette est provoqué par la nicotine. Pour se passer de la cigarette sans inhaler de fumée toxique pour l’organisme, on peut faire appel à des substituts. Ils existent sous des formes différentes : patchs, pastilles, chewing-gum, spray… Pour réussir son sevrage, la dose de nicotine délivrée dans l’organisme doit être suffisante pour supprimer l’effet de manque.

À noter que ces méthodes alternatives sont en vente libre dans les pharmacies. S’ils sont prescrits par un professionnel de la santé, ils sont pris en charge à hauteur de 65 % par la Sécurité sociale. La mutuelle rembourse alors les 35 % restants.
L’objectif à terme est de diminuer progressivement les doses de nicotine pour un arrêt complet. Les effets secondaires sont assez rares : irritation du derme, insomnies, hoquet…

Passer à la cigarette électronique

La cigarette électronique est le moyen le plus populaire pour arrêter de fumer. Elle permet de reproduire le geste du fumeur et apporte en plus la quantité de nicotine suffisante pour éviter le manque. Le fumeur peut également choisir la saveur du liquide de substitution constitué de glycérine, de propylène glycol, d’un arôme et de nicotine.
La fumée d’une e-cigarette reste beaucoup moins toxique que la fumée du tabac. Cependant, les études faites jusqu’à présent ne sont pas en mesure d’évaluer les effets à long terme sur la santé.
Cette méthode aide au sevrage tabagique, mais ne résout pas pour autant le côté addictif. Il faut en général plusieurs mois pour que le fumeur puisse se passer de sa vapoteuse.

Demander de l’aide à son médecin

Le tabagisme est considéré comme une maladie. Il est donc logique de s’adresser à un professionnel de la santé pour vous aider à arrêter de fumer. Le médecin peut alors vous diriger vers un spécialiste des addictions. Ce dernier peut vous prescrire des médicaments pour aider au sevrage.
Les deux médicaments principaux utilisés dans le cadre de l’arrêt du tabac sont le Zyban (bupropion) et le Champix (Varénicline) :

  • Le Zyban fait partie de la famille des antidépresseurs, il diminue l’envie de fumer. Il peut provoquer des effets secondaires : insomnies, troubles neurologiques… Moins efficace que la Varénicline, il est en principe prescrit aux fumeurs très dépendants. Son achat est à la charge du patient.
  • Le Champix diminue l’effet de manque. Accusé à tort d’accroître les risques de dépression, il est préconisé aux patients fortement dépendants. Il est recommandé de le prendre avec un peu de nourriture pour éviter les nausées. Il peut éventuellement perturber le sommeil s’il est pris trop tard dans la soirée. Il peut être remboursé par la caisse maladie si les substituts de nicotine n’ont pas été efficaces.

Faire appel aux méthodes douces

Bien qu’il n’y ait pas de preuves scientifiques, certaines techniques fonctionnent pour l’arrêt de la cigarette :

  • l’hypnose ;
  • l’acupuncture ;
  • l’auriculothérapie ;
  • la mésothérapie.

Ces pratiques permettent de gérer le stress engendré par la sensation de manque. Le montant des consultations n’est pas remboursé par la Sécurité sociale. La méditation peut également apporter une aide précieuse aux personnes qui arrêtent de fumer.

L’efficacité des méthodes pour renoncer à la cigarette dépend de chacun. Quelle que soit la méthode employée pour y parvenir, le jeu en vaut la chandelle.

Partager

Social Media

Articles populaires

STOP TABAC

Dans la même catégorie